Nous avions vu précédemment dans la Partie 1 : Qu’est-ce que la compression de fichier ? Et comment fonctionne-t-elle ?

Nous allons maintenant aborder en détail ces deux familles qui s’en dégagent.

 

I – La populaire… compression multi-fichiers

L’échange de vos données est facilité par le partage d’un seul unique fichier dont la taille est réduite.

Idéal pour pouvoir échanger vos photos de famille, vos documents bureautiques, … sur clé usb, par email, sur internet.

Les fichiers compressés dits “archives” peuvent être de plusieurs formats, le plus populaire zip qui est d’ailleurs intégré nativement dans les systèmes d’exploitation windows, mac osx, ….

Vous avez peut-être également croisé d’autres formats d’archive ? En effet, nous trouvons également le plus couramment en position de suiveur des fichiers rar et 7z.

Mais il existe également beaucoup d’autres formats moins connus tels que le tar, le bz, le gz, le tar.gz, le paq, le arj, le cab et bien d’autres…

Nous reviendrons dans la 3ème partie sur le tar qui n’est pas en soit un format compressé mais qui possède également son utilité propre.

II – La compression multimédia

Que ce soit vos images, vos vidéos / films / métrages, vos musiques, …

Ces fichiers utilisent majoritairement des algorithmes de compression lossy pour pouvoir être facilement stockables mais il existe des exceptions.

Avec la compression multimédia on utilisera le terme plus juste de “codec” que “compresseur”. Ce terme vient de l’anglais qui signifie code-decode.

Pour le son / musique on parlera de “codec audio”, nous pouvons citer le célèbre MPEG-1/2 Audio Layer 3 (.mp3) mais également de Windows Media Audio (.wma), AAC HE (.aac), Vorbis, …

A noter : Ces codecs audio sont tous lossy, néanmoins il existe plusieurs codecs dont le “Free Lossless Audio Codec” (.flac) qui préserve entièrement la qualité.

 

Pour la vidéo on parlera de “codec vidéo” comme par exemple le célèbre Divx ou bien Xvid. On trouve également de plus en plus le codec H.264 du format MPEG4.

Exemple :

Prenons l’exemple d’un dvd classique non compressé qui pèse 4Gb (soit environ 4000Mb).

Si on le convertit en fichier avi avec codec Divx et mp3, nous pouvons par exemple le faire tenir sur un simple cd-rom (soit 700mb) en sacrifiant un peu de qualité d’image (dit “définition d’image”) et de qualité sonore.

 

Pour les images, nous ne pouvons pas parler de codec mais bien d’un algorithme qui est propre au format. Nous pouvons citer le célèbre jpeg ou bien le gif qui sont tous deux lossy.

Le format PNG également très utilisé n’est pas un format lossy, il s’agit d’un format lossless, qui d’ailleurs sait préserver la transparence des images.

 

Dans la forme la plus lossless pour les fichiers images, nous avons des fichiers de type RAW qui existent.
Ils sont particulièrement utilisés par les photographes équipés d’un appareil photo du type Réflex car la photo stocke toutes les informations du cliché, exactement comme un négatif.

 

Prêt pour la 3ème et dernière partie « Les bonnes pratiques & les outils pour compresser vos fichiers au quotidien» ?

La suite très remplis dès demain !

Crédits Photo : DRs Kulturarvsprojekt